Aquaculture

Ainsi, la première tâche de notre équipe est de lancer des projets de le domaine, illustrée par des exemples des processus de formulation et d’exécution, Nombre de nouveaux emplois créés, Revenus créés,
Il faut signaler que nos projets de développement de l’aquaculture sur la production sont très différents des projets typiques de production dans le secteur de l’agriculture.

Rassembler en peu de temps toutes les informations nécessaires pour permettre d’atteindre nos deux buts. Des études statistiques, basées sur des questionnaires bien préparés, sont la meilleure méthode, mais elles demandent du temps et peuvent nécessiter une formation spéciale des membres de l’équipe. Il est parfois plus pratique d’avoir recours à des méthodes d’“observation participative”, c’est-à-dire à des entretiens relativement longs et détaillés avec des informateurs ou groupes d’informateurs bien choisis, auxquels on consacrera autant de temps que possible. Les interlocuteurs doivent comprendre non seulement des personnes directement concernées par le projet mais aussi des personnes qui ne sont pas concernées mais qui connaissent bien la zone et sa population.

Développer des projets de l’élevage ou l’aviculture intéressent souvent de vastes zones où diverses cultures sont possibles par exemple les bossons et autres animaux. Même lorsqu’une seule spéculation est envisagée, les projets nos productions sont souvent illimités à un seul endroit.

Developper des projets de production aquacole sont en général soumis à des contrainte les plus stricte de nos projet , ne serait-ce parce qu’ils doivent être situés dans l’eau ou sur des terrains appropriés proches de ressources en eau. Dès le départ, les options possibles sont limitées en ce qui concerne:

les espèces pouvant être élevées (selon qu’elles tolèrent l’eau douce, l’eau saumâtre ou un environnement marin);

les systèmes qui peuvent être utilisés (extensifs, semi-intensifs ou intensifs selon les ressources et les intrants disponibles); et les pratiques qui peuvent être utilisées (chaque type d’unité – étangs, couloirs à poissons, cages flottantes, radeaux, etc. – a ses caractéristiques propres qui les rendent particulièrement adaptées à telles ou telles conditions).

Ces contraintes physiques déterminent les types de projets qui peuvent être formulés. On notera que les projets dont les activités s’étendent sur de vastes zones sont rares en aquaculture; la plupart des projets sont relativement petits et ont des objectifs très spécifiques.

Accroître de x tonnes la production de poisson d’eau douce pour le marché intérieur, Accroître l’emploi de x %,

Accroître de 5 % la contribution au PNB.

Buts/objectifs immédiats

Investissement dans la construction de 100 ha d’étangs, d’une closerie, d’une station de pompage, de canaux, de bâtiments, de routes d’accès, d’un laboratoire, Rentabilité financière.

Produits

Vente de poisson.

Formation sur le tas des techniciens et gestionnaires

Formation sur le tas des techniciens et gestionnaires, Création d’emplois, Excédents financiers.

Apports

Achat des des terrains, Routes d’accès,Electricité et services,Construction des étangs et des canaux,Pompes/Bâtiments/Véhicules,Matières premières pour les produits d’alimentation du poisson,Personnel qualifié,Fonds de roulement.

Nos Indicateurs quantifiables

1 Accroissement de la production de poisson d’eau douce
2 Accroissement de l’offre de poissons d’eau douce sur le marché
3 créés plusieurs nombre de nouveaux emplois,
4 créés revenus,
5 Construction et entrée en activité de la pisciculture vérification,Nombre de personnes formées et transférées à de nouveaux projets.

Décaissement des fonds à la date prévue,

Nos Postulats

Disponibilité des ressources, Existence de débouchés pour le surcroît de production, Disponibilité de main-d’oeuvre suffisamment qualifiée, Disponibilité de matériaux et construction de qualité acceptable,Disponibilité de cadres, de techniciens et d’ouvriers possédant les qualifications voulues, Existence d’une demande proportionnée à la production, Production correspondant aux estimations du rendement et de la mortalité,Disponibilité de gestionnaires et techniciens pour assurer la formation voulue, Disponibilité de personnes qualifiées pour la formation sur le tas, Disponibilité de gestionnaires, techniciens et ouvriers possédant les qualifications voulues, Réussite de la pisciculture, Disponibilité d’eau suffisante sur le plan qualitatif et quantitatif, Déblocage des fonds et achèvement des travaux conformément au calendrier, Disponibilité des matières premières.

Procedure

Etape 1 : Début du projet

Les procédures varient selon les pays, mais il est souhaitable que le promoteur du projet (organisme donateur ou investisseur du secteur privé) rédige un mandat préliminaire. Le mandat définitif sera rédigé ultérieurement, de préférence par l’équipe de formulation de concert avec l’organisme de parrainage ou l’investisseur.
Analyse du projet dans l’optique des personnes concernées
Après avoir examiné les grands aspects du développement dans la zone ou le sous-secteur et formulé une première évaluation des possibilités qui s’offrent, l’équipe de formulation doit s’employer à comprendre l’organisation des activités économiques et sociales dans la zone ou le sous-secteur.

Notre équipe utilise pour cela une approche voisine de l’analyse des systèmes: les divers agents sont étudiés non pas isolément mais dans le contexte de leurs relations et interactions avec les autres agents du “système”.

En pratique, beaucoup des activités de la quatrième étape chevauchent les enquêtes de terrain de la troisième.

Etape 2 : Identification des groupes d’intérêt concernés

La spécification provisoire du système est une vue d’ensemble des personnes concernées par le projet et de leurs activités. Il est souvent utile de construire un modèle montrant leurs relations économiques et sociales. On s’efforce normalement d’inclure dans ce modèle tous les grands groupes qui ont des chances d’être touchés d’une façon ou d’une autre par le projet.

On peut décrire les trois grandes catégories de groupes d’intérêt, constituées de ce que l’on peut appeler des “agents” à savoir:

agents “instruments”: personnes, ménages ou organisations qui sont les principaux utilisateurs des ressources mises à la disposition du projet; ce groupe comprend non seulement les participants proprement dits tels les pisciculteurs mais aussi d’autres tels que les fournisseurs et les négociants.

agents “cibles”: il s’agit de ceux dont la direction du projet tient à améliorer la situation matérielle et socio-économique; c’est à l’évolution de cette situation que sera principalement mesuré l’impact du projet.

agents “régulateurs”: ce sont ceux qui ont une influence importante sur les activités et le bien-être des agents instruments et des agents cibles par leurs pouvoirs de contrôle, de régulation, d’intervention ou autres.

En étudiant la structure du système, l’équipe de formulation envisage ainsi les grands intérêts par lesquels ces divers agents sont liés. Ces liens peuvent être illustrés par des organigrammes.

L’organigramme des relations économique et sociales entre les agents d’un système est illustré à la figure 6 qui montre les relations existant dans un projet de crevetticulture du secteur public (Modèle C).

On peut identifier les agents et liaisons entre agents ci-après:

agents instruments, à savoir (i) agents “en amont” tels que fournisseurs d’oeufs, d’alevins et d’aliments (industries produisant des aliments pour animaux), prêteurs villageois, et responsables du crédit officiel, agents privés de vulgarisation (consultants);(ii)les agents producteurs tels que les pisciculteurs déjà établis ou qui commencent leurs activités et (iii) les agents “en aval” tels que les fabriques de glace, les sociétés s’occupant de transformation et de commerce des crevettes et les négociants en poisson;

les agents cibles, à savoir, les pisciculteurs (qui sont aussi les agents producteurs dont il est question plus haut) et leurs familles, les consommateurs de poisson, les personnes qui pourraient être employées aux activités après récolte (familles résidant dans la zone) et les bénéficiaires des retombées économiques du projet (familles dans le pays tout entier);

les agents régulateurs, et notamment le service de l’aquaculture du Ministère des pêches.

Lorsqu’il n’existe pas encore de secteur aquacole ou que celui-ci est petit, il est plus difficile d’identifier les groupes d’intérêt. En tel cas, l’équipe du projet effectue néanmoins une analyse des systèmes dans la zone où on se propose d’établir cette nouvelle activité pour déterminer les meilleurs moyens de l’intégrer dans le système socio-économique existant.

Etape 3 : Etude détaillée des agents et de leurs besoins

A partir de la spécification provisoire du système qui résulte de l’étape précédente, l’équipe de formulation doit maintenant étendre ses enquêtes de terrain. Ce travail peut produire des informations qui l’inciteront à réviser le système de relations économiques et sociales entre agents ou à modifier certains des critères utilisés pour définir les agents (Etape 4a).

Les principaux buts des activités de terrain de cette étape sont de:

rassembler des connaissances sur les modes de comportement des principaux agents,

évaluer, le cas échéant, leurs besoins de développement.

A cause des contraintes et limitations indiquées ci-dessus, on peut grosso modo classer nos projets d’aquaculture en quatre catégories ou modèles à savoir:

MODELE A: Projets du secteur privé financés par des investisseurs commerciaux du groupe. Par exemple, un entrepreneur décide d’élever des truites sur ses terres ou une société de crevetticulture veut construire une nouvelle écloserie; ou encore une multinationale veut convertir ses plantations de canne à sucre peu rentables en élevages de poisson-chat.

MODELE B: Projets du secteur privée financés par notre organisation. Par exemple, Le groupe va construire des écloseries pour appuyer son programme d’amélioration des pêches continentales; ou le service national de vulgarisation a besoin d’une nouvelle pisciculture pour faire des démonstrations de crevetticulture en eau douce; ou encore construire un centre national de recherche-développement; ou construire un nouveau marché du poisson.

MODELE C: Projets du secteur privé financer par notre organisation pour des pisciculteurs privés appuyés par nos services . Par exemple, accroître la production des pêches continentales; ou accroître la production nationale de mollusques, ou bien accroître les recettes en devises des pays grâce à la production de crevettes de mer.

MODELE D: Projets de caractère exclusivement institutionnel de notre organisation. Par exemple, renforcé pour mieux organiser et gérer le sous-secteur aquacole; ou bien un organisme para-étatique a besoin de former son personnel pour les études de marché et la promotion des produits; ou bien améliorer nos programmes d’aquaculture du deuxième et du troisième cycles.